Blog

ParcourSup : ce que l'on sait du successeur d'APB

Par vdurand | Le 10/12/2017

Mise à jour

Vous avez jusqu'au 13 Mars 2018 à 18h pour vous inscrire sur la plateforme et saisir vos veux.

Les dossiers (projets de formation motivés, pièces justificatives, bulletins scolaires...) pourront être renseignés jusqu'au 31 Mars 2018 inclus.

Vos enseignants devront compléter une fiche avenir pour chacun de vos voeux, et elle vous sera visible en partie. Pour plus d'informations consultez le mode d'emploi.


La nouvelle plateforme, annoncée par le gouvernement le 30 octobre 2017, qui doit remplacer APB s’appellera ParcourSup, c’est en effet le nom qui a été retenu suite à la consultation en ligne.

 

Le 15 janvier 2018, est prévue l’ouverture de la plateforme Parcoursup.fr, mais aussi le téléchargement de l’application ParcourSup pour Android et IOS.

 

Les vœux pourront être saisis dès le 22 janvier, et jusqu’au 13 mars.

Calendrier ParcourSup

 

Chacun pourra saisir jusqu’à 10 vœux. Ces vœux ne seront pas hiérarchisés.

Contrairement à APB, il n’est pas nécessaire de mettre dans ses vœux une formation non sélective à capacité suffisante (anciennes pastilles vertes).  Nous vous conseillons cependant de mettre dans vos vœux l’une de ces formations, afin de ne pas vous retrouver sans affectation.

 

Vous aurez ensuite jusqu’au 31 mars pour confirmez vos veux, et notamment compléter les informations type lettre de motivation, ou autres documents à fournir pour les formations qui le demandent. Si vos candidatures ne sont pas complètes à cette date, elles ne seront pas retenues.

 

Dès fin mai, les candidats commenceront à recevoir leurs premières propositions d’admission.

 

Les réponses possibles sont :

  • Pour les formations sélectives

    • OUI → Le candidat est retenu

    • En attente de place → Le candidat doit attendre que des places se libèrent

    • NON → Le candidat est refusé

 

  • Pour les formations non sélectives

    • OUI → Le candidat est accepté

    • OUI-SI → Le candidat est accepté, mais doit pour cela s’engager de manière contractuelle à suivre un parcours adapté (ex : UE supplémentaires, Tutorat, remise à niveau...)

(Dans le cadre d’un oui ou d’un oui-si, il serait apparemment possible d’être en attente de place, même si en théorie ces formations non sélectives ne peuvent pas vous refuser)

 

Lorsque vous êtes en attente de place, vous disposez de votre rang sur la liste d’attente, ainsi que du rang du dernier admis l’année précédente.

Lorsque vous recevez une réponse à l’un de vos vœux, vous disposez de 5 à 7 jours pour y répondre, passé ce délai, la proposition d’admission est supprimée, et la place proposée à quelqu’un d’autre. Lorsque plusieurs propositions d’admission vous sont faites (c’est-à-dire les OUI) vous ne devez en garder qu’une seule. Il vous faudra donc effectuer une action sur chacune des réponses à vos vœux, pour accepter celui que vous souhaiter garder, et pour refuser les autres.

 

Toutefois, vous restez toujours candidat sur vos vœux en attente de place, dans l’espoir d’obtenir mieux que les propositions qui vous auront été faites.

Une actualisation sera faite tous les soirs, vous pouvez donc obtenir des propositions tous les jours, au fur et à mesure que les places se libèrent. La procédure s’interrompra durant les épreuves écrites du baccalauréat.

 

Compte tenu du délai impartit pour répondre aux propositions qui vous sont faites, et afin que vous ne passiez pas à côté, dès qu’une proposition vous sera faite, vous recevrez :

  • Un e-mail, sur l’adresse mail que vous aurez renseignée (d’où la nécessité d’en inscrire une valide, et de la consulter régulièrement)

  • Un message sur la messagerie de la plateforme

  • Une notification sur l’application préalablement téléchargée (le cas échéant)

 

La procédure prend fin, lorsqu’il ne vous reste plus qu’une seule proposition d’admission et que vous l’acceptez. Le cas échant, la plateforme vous indique alors les modalités pour procéder à l’inscription administrative dans la dite formation.

 

Il y aura évidement une procédure complémentaire de juillet à septembre pour les bacheliers qui le souhaitent.

Durant toute la procédure, en cas de difficulté, il vous sera possible de contacter le SAIO de votre académie.

 

 

Il est très probable qu’au début, les très bon élèves se retrouvent avec des OUI partout, et ce qui le sont un peu moins, EN ATTENTE sur la plus part de leurs vœux, mais rassurez-vous les places devraient se libérer petit à petit.

 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : http://parcoursup.fr/

 


Droits des lycéens, ne saurait garantir l’exactitude des informations susmentionnées, elles sont données à titre indicatif afin d’informer le plus grand nombre de futur bachelier sur leur orientation post-bac, cependant nous ne disposons pas encore de tous les éléments.  

L'écriture inclusive au bac ?

Par droitsdeslyceens | Le 06/12/2017 | Dans Autres combats

Depuis novembre 2016, le Haut Conseil à l'Égalité entre les femmes et les hommes (HCE) recommande l'usage de l'écriture inclusive dans son Guide pour lutter contre les stéréotypes de genre.

 

Pourquoi ?

Avant le XVIIe siècle, il convenait d'utiliser la règle de proximité pour les accords qui suivaient un groupe nominal comportant les deux genres.

Exemple : Il était alors correct d'écrire "Les lycéens et les lycéennes sont belles." aussi bien que "Les lycéennes et les lycéens sont beaux.".

Les noms de métiers étaient également féminisés ("un auteur, une autrice", par exemple).

 

C'est alors au XVIIe siècle que certains grammariens décident d'instaurer la fameuse règle qui exige que "le masculin l'emporte sur le féminin", considérant que "le genre masculin est plus noble que le genre féminin".

 

L'écriture inclusive

Depuis une vingtaine d'années, certaines et certains recommandent l'usage de "l'écriture inclusive" afin de lutter contre les stéréotypes de genre (du style : "pompière ça n'existe pas, c'est pas fait pour toi, il vaudrait mieux que tu sois infirmière"). En 2016, le HCE en recommande l'usage et le personnel politique se divise : d'un côté, le Ministre de l'Éducation, M. Blanquer, l'interdit, et de l'autre Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, ainsi que bien d'autres ministères l'utilisent.

 

Selon une étude Harris Interactive pour Mots-Clés, une agence de communication spécialisée sur l'écriture inclusive, 75 % de la population française serait favorable à cette manière d'écrire. "La langue française est farouchement phallocentrique" selon le fondateur de Mots-Clés, Raphaël Haddad.

 

Dès lors, certaines lycéennes et certains lycéens décident de l'employer, en classe comme en dehors. Mais en ont-ils le droit ? Que disent les textes légaux à ce propos ?

 

 

Peut-on l'utiliser en classe ? Au baccalauréat ?

APB illégale ? DL prépare un Guide des recours !

Par droitsdeslyceens | Le 31/05/2016

Devant l'absence de réponse concrète à ses demandes, Droits des lycéens entame de nouvelles actions. Pour tout savoir, cliquez ici !

Première Assemblée Générale Ordinaire de DL

Par droitsdeslyceens | Le 28/05/2016 | Dans La vie de l'association

Droits des lycéens ayant fêté sa première année, il était temps de tenir la première Assemblée Générale Ordinaire (AGO) de l'association. Y participaient des membres de DL de toute la France, certains étant connectés par visioconférence ! Vous pouvez télécharger le procès-verbal en cliquant ici.

N'oubliez pas que vous pouvez adhérer ou nous faire un don :)

Oraux du bac : attention aux portables !

Par droitsdeslyceens | Le 13/05/2016

Phone
Au moins, avec ça, vous ne risquez pas de le laisser dans votre poche. CC Tom Adamson sur Flickr. 

Nous avons été contactés plusieurs fois depuis quelques semaines par des élèves en terminale qui ont passé leur oral de langue, et qui avaient laissé leur téléphone portable dans leur poche pendant l'épreuve. L'examinateur s'en est aperçu, si bien que ces lycéens sont maintenant visés par une procédure pour fraude au baccalauréat. Pour rappel, la procédure de fraude, c'est plutôt sérieux : ça signifie ne pas connaître ses notes avant septembre, risquer de ne pas partir en vacances car les commissions peuvent se tenir l'été, et avoir une chance d'être sanctionné, jusqu'à cinq ans d'interdiction de passer le baccalauréat. Un élève qui avait simplement eu le téléphone dans sa poche pendant l'examen nous avait contactés après avoir appris sa sanction… de deux ans d'interdiction de baccalauréat. 

Donc, si vous passez le baccalauréat, n'oubliez pas de mettre votre téléphone dans votre sac ; et utilisez les feuilles fournies, aussi (et bon courage :)). 

Les zones fumeur sont-elles légales ?

Par droitsdeslyceens | Le 22/04/2016 | Dans Autres combats

cigarette
Image : CC "Cigarette" by Raul Lieberwirth on Flickr.

Suite aux attentats du 13 novembre, les ministres de l'Intérieur et de l'Éducation nationale ont rédigé une circulaire accessible ici, contenant un certain nombre de prescriptions sécuritaires adressées aux chefs d'établissement. En particulier, il leur est demandé d'éviter les attroupement devant les établissements scolaires. La circulaire précise : "En lycée, des zones spécifiques peuvent être aménagées au sein des établissements scolaires dans les espaces de plein air pour éviter que les élèves ne sortent du lycée pendant les interclasses". On peut difficilement faire plus flou

En fait, beaucoup de lycéens sortaient "pendant les interclasses" pour fumer, si bien que des chefs d'établissements ont pris la décision de mettre en place des "zones fumeurs" dans les cours de récréation. Le problème, c'est que le Code de la santé publique interdit formellement de fumer dans les établissements scolaires (Art. R.3511-1, accessible ici).

Ce qui devait arriver arriva, un premier lycée a été condamné aujourd'hui par le juge des référés de Cergy-Pontoise à fermer ces fameuses zones, et la Ministre de l'Éducation, qui avait brillé par son silence, a finalement déclaré que les lycées devaient respecter la loi.

Rappelons que le tabac tue 73 000 personnes chaque année, rien qu'en France. Alors, si votre lycée a lui aussi mis en place une "zone fumeurs", et que cela vous gêne, n'hésitez pas à nous contacter !

Julie Torres et Clément Baillon

Les problèmes d'APB en 8 questions

Par droitsdeslyceens | Le 10/04/2016

Vous avez peut-être lu des articles sur notre action concernant APB, ou notre communiqué de presse sur la question. Vous n'avez rien compris ? On répond ici à vos questions. 

Point d'interrogation dans le ciel de Montréal
"Point d'interrogation", par Nicolas Marchildon sur Flickr.

APB… qu'est-ce que c'est que ce truc ? 

APB, c'est le sigle d'Admission post-bac, une plate-forme en ligne sur laquelle tous les lycéens en terminale de France s'inscrivent et entrent des vœux concernant leurs souhaits d'orientation après le baccalauréat. Mais APB, c'est aussi un algorithme qui affecte les candidats selon leurs vœux. 

Droits des lycéens a un an !

Par droitsdeslyceens | Le 02/04/2016 | Dans La vie de l'association

Cela fait maintenant un an que Cléo Alduy, Mélina Champernaud, Loïc Le Morvan et moi-même avons fondé cette belle association qui a aujourd'hui pile 12 mois ! Depuis avril 2015, nous avons aidé des dizaines de lycéens, et accompagné des milliers d'autres. Pour l'occasion, voici une petite infographie réalisée par nos soins… joyeux anniversaire DL !

Infographie DL